Maman, je t’assure que je ne le fais pas exprès...

April 1, 2018

 

Savez vous quelle est la différence entre un enfant dyspraxique avec un TDA et un enfant dysexecutif? J’aimerais pouvoir vous l’expliquer mais je ne suis pas sûre que j’arriverais à résumer comme le ferait le Dr Mazeau. Tiens à ce sujet, elle était présente en Octobre au Luxembourg pour la journée des Dys; et j’ai cru entendre de part et d’autre, qu’elle faisait partie d’un groupe de travail pour le futur centre de compétences pour les Dys du Luxembourg avec un autre grand nom en France Dr Pouhet. “Tiens c’est tout bon, vous êtes entre de bonne mains” me direz-vous? Sauf que depuis la rentrée, les journées s’écoulent et les discours bienveillants s’accumulent mais les actions sur le terrain restent mortes.

“Quoi!”, “Comment cela les actions restent mortes?” votre fille fait des progrès incroyables, elle est toujours au 10 , elle commence à automatiser son calcul et ses gestes”

Je ne suis pourtant que la mère de famille, qui a lu son n-ième ouvrage pour des centaines d’euros (merci Amazon pour les frais de ports gratuits) et qui constate avec les médecins (4 neuropédiatre, pédiatre, neuropsychologue, rééducation fonctionnelle) que les capacités intellectuelles sont là, la mémoire de travail est faible et qu’il faudrait mettre en place en plus des traitements médicamenteux une thérapie neuro-cognitive (neuro- quoi? svp).

Mais quel serait le succès de l’enfant sans mentionner les moyens de compensations en classe: “Et ce n’est pas maman qui va nous expliquer comment faire notre métier!”

Sauf que la maman entre temps voit le gâchis du temps passé à “faire toujours plus de quelque chose qui ne marche pas”, pour reprendre le dicton du Dr Mazeau.

Ce qui me , ou devrais-je dire nous rend malade est la perte de temps à fabriquer des jeux et autre simulation d’entrainement par la répétition pour l’acquisition d’un socle, alors que le véritable défis est de voir comment évaluer l’enfant en situation d’handicap? Pourquoi fabriquer un pseudo jeu de l’oie, alors que la ressource pour les enfants dyspraxiques existe? Toujours par la répétition? Alors que la mémoire de travail est faible!

Mais en fait Maman, tu t’adresses à des gens qui n’ont ni lu le bilan neuropsychologue à 300 et quelques euros que tu as dépensés et encore moins eu une traduction en terme pédagogique : une faible Mémoire de travail, Indice vitesse de traitement, indice de raisonnement etc tout le charabia qu’un instituteur (spécialisé ou non) aurait besoin de comprendre pour aider l’élève au Luxembourg. Ben non en fait , il n’y a rien de tout ça. L’instituteur s’entretient avec l’aide en classe et/ou instituteurs spécialisés qui n’ont pas cru bon de voir ce qu’il existait déjà sur la toile.

“Daccord, ok, c’est vrai on ne nous a pas expliqué ce que ce test voulait dire, mais je vous assure que votre enfant avance et il faut le laisser avancer à son rythme!”

Moi, en en tant que maman, je voudrais que mon enfant avance à son rythme en toute équité par rapport à ses camarades de classes en insérant l’ordinateur et si elle n’est pas encore autonome, en y insérant les exercices du Cartable fantastique.

“Cartable quoi?”

“le Cartable fantastique, la plateforme du Dr Huron , autre grand nom venu au Luxembourg, qui a créé pour les instituteurs en France, une série d’exercices adaptés aux enfants en situation d’handicap et plus particulièrement dyspraxiques. Les exercices sont répertoriés selon les classes et par matière , et si vous n’êtes pas satisfaites, vous pouvez créer vous mêmes vos exercices sur les cahiers fantastiques. Ça serait une idée merveilleuse de faire des exercices d’allemand et de mathématiques pour les enfants du Luxembourg et de le partager à tous les enseignants qui ont un élève dyspraxique en classe....” “Oh la Oh la, Maman, attendez vous allez trop loin!” “Je ne sais pas si cela va être plausible, on ne sait pas vraiment ce qui est derrière ce cartable “

“Il faudrait alors cliquer sur le site pour en connaître le contenu, mais le site est devenu la référence en France, Belgique et Québec, je vous l’assure!”

“Ok, on peut peut-être aller voir ce que contient ce cartable magique en fin d’année scolaire!”

“euh fantastique, pas magique, avant la fin d’année scolaire serait l’idéal pour mon enfant”

Entre temps, votre enfant revient dépité le soir parce que les autres avancent et lui stagne parce que son moyen de compensation n’a pas été compris par rapport à son trouble cognitif, parce qu’il ou elle a été puni parce qu’il ou elle n’arrive pas à comprendre pourquoi on lui demande de répéter toujours la même chose qui ne marche pas!

SH

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now