Quelles sont les conséquences de la dyspraxie sur les apprentissage scolaires?

La dyspraxie développementale a une répercussion importante sur les apprentissages 

• Graphisme : on observe des troubles au niveau de la maturation du geste (T.A.C) et dans l’organisation et la structuration spatiale. On verra par exemple l’enfant ne pas parvenir à s’orienter sur une feuille
• Ecriture : l’écriture n’est pas automatique et le résultat est brouillon. Dans le détail l’enfant dyspraxique écrit les lettres avec une grosseur inégale et bute sur les lettres obliques
• Arithmétique : on observera une dyscalculie spatiale au niveau du dénombrement, de la pose et de la résolution des opérations à effectuer sur la feuille, ou du passage de la feuille au tableau
• Géométrie : les directions, les placements (quadrillage), les relations spatiales ne seront pas respectées. La présentation sera brouillonne
• Lecture : elle est hésitante et lente, l’enfant dyspraxique à tendance à confondre les lettres semblables (b/d, p/q ; n/u ; m/n). Les discriminations visuospatiales perturbent et ralentissent le déchiffrage. Il a aussi des difficultés à découper les mots en syllabes (ordre, succession, séquentialité)
• Compréhension des consignes écrites : l’enfant ne sait pas chercher l’information pertinente du fait d’une impossibilité à se représenter la structure d’un texte (organisation spatiale)
• Orthographe : les difficultés sont liées au trouble de la copie (trouble visuospatial) et notamment lors du passage du tableau à la feuille
• Apprentissage des leçons lues : désorganisation spatiale, manque de repères, sauts de lignes vont interférer l’apprentissage et la mémorisation
• Chants et mimes : les gestes ne pourront pas être reproduits et l’enfant ne parviendra pas à suivre correctement le rythme d’une chanson
• Education physique : difficultés à apprendre de nouveaux jeux, à suivre le rythme des autres élèves ainsi qu’à se positionner ou à viser une cible en raison de leur T.A.C
Chaque enfant est différent et ne présentera pas donc l'ensemble de ces difficultés 

 

La rééducation psychomotrice vise à améliorer :
• La composante cognitive visuelle : l’attention visuelle, la mémoire visuelle et la discrimination visuo-spatiale
• Les praxies : idéatoires afin d’améliorer la manipulation des outils scolaires (crayon, règle, ciseaux…) , visuospatiales qui interviennent dans les apprentissages scolaires (dysgraphie, dyscalculie spatiale, géométrie) et constructives
• Les composantes séquentielles : chronologie, ordre et succession et mémorisation séquentielle

L’approche technique est spécifique à la dyspraxie :

 • Améliorer les voies compensatrices (auditivo-verbale)
• Verbalisation de la prise d’indice et de la stratégie (contexte aménagé)
• Favoriser les stratégies logiques (verbales, formelles et séquentielles)
• Manipulation mentale à partir de situations concrètes 
• Stimuler le système kinesthésique, proprioceptif et tactile, le système de contrôle de l’activité par la rétroaction visuelle étant déficitaire

 

 

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1916487335305750&id=100008335065697

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© Creation SH- with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now